Même les Lions – création 2020

L'histoireLe projet dramaturgiqueLe spectacleL'équipe de créationRendez-vous à venirDocuments à télécharger
Un jour, Victor décide d’arrêter de grandir.
Il ne veut pas passer dans ce monde des grands, il veut rester petit, continuer à jouer comme il le fait avec ses amis, continuer de rêver aussi.
Il le décide et il y arrive, en quelques mois il n’a pas pris un centimètre.
Oui mais… la rentrée des classes arrive et Victor sait, il sait déjà qu’il sera considéré comme un petit.
Alors Victor décide de se réfugier dans une grande boite en carton.
A l’intérieur, il tapisse les parois de tout ce qu’il aime et qu’il veut garder pour lui.
A l’extérieur du carton, il dessine, découpe et colle tous les attributs qui le feront ressembler aux autres, pour être comme les autres, avec les autres.
Et ça marche.

Adèle a toujours rêvé d’être la plus grande.
Rêvé de tout voir, de voir plus loin, au-delà de l’horizon.
Et aujourd’hui, Adèle est devenue la plus grande, tellement grande qu’elle dépasse tout le monde au point de pouvoir choisir de voir ou non les autres.
Oui mais… la rentrée des classes arrive et Adèle sait que Zoé, sa meilleure amie, risque de ne plus la voir, de ne plus vouloir être avec elle.
Alors Adèle décide de se réfugier dans une petite boite en carton.
A l’intérieur, elle tapisse les parois de tout ce qu’elle aime et qu’elle veut garder pour elle.
A l’extérieur du carton, elle dessine, découpe et colle tous les attributs qui la feront ressembler aux autres, pour être comme les autres, avec les autres, avec Zoé.
Et ça marche.

Un jour, au hasard des couloirs, Adèle et Victor se heurtent l’un l’autre.
A travers l’ouverture de leur carton, ils se voient.
Pour vivre cette rencontre, Adèle et Victor vont devoir se dévoiler l’un à l’autre. Ouvrir chacun son carton à l’autre pour qu’il/elle puisse y accéder et ainsi découvrir qui ils sont véritablement, au-delà de cette apparence fabriquée de toutes pièces.
Et ce faisant ils changeront de regard sur eux, et sur les autres.

Pour cette quatrième création nous allons parler de cette période ingrate pour beaucoup d’entre nous, l’entrée dans l’adolescence, ce moment où les corps changent, où les uns grandissent plus vite que les autres, où le regard des autres devient le seul moyen de se définir.
Nous allons nous servir du carton comme d’une allégorie d’un corps devenant double, intime et social.
L’opposition entre ce corps social qui se voit dans l’obligation de répondre aux canons de beauté normalisés et ce corps intime, qui devient un jardin aussi secret que les jardins suspendus de Babylone.
Depuis l’intérieur d’un carton, on ne peut voir le monde que par une maigre fente, mais au moins on y est tranquille, encore un peu chez soi, encore un peu enfant au dedans et déjà tellement adulte au dehors. Et c’est aussi cela le temps de l’adolescence, celui d’avoir encore la possibilité de choisir entre se comporter comme un enfant ou décider d’être considéré comme un adulte.
– – – –
Nous voulons faire évoluer notre travail, ce langage singulier que nous développons depuis plusieurs années.
Nous avons la sensation d’être allés au bout de notre travail d’exploration du rétro-projecteur, d’en connaître les possibles et les limites.
Tout en maintenant notre recherche esthétique, nous allons continuer à rechercher d’autres moyens de construire ce théâtre cinémarionnettique.
Pour cette création, nous allons troquer nos rétro-projecteurs pour des caméras et des vidéoprojecteurs, mélanger nos marionnettes de papier transparent avec des marionnettes et objets que nous filmerons au plateau et dont les images seront projetées en direct sur un écran.
Sur scène :
1 comédien doublant tous les personnages et bruitant les séquences en direct
1 manipulateur-montreur d’images
1 manipulateur – musicien jouant en direct
3 caméras et 1 vidéoprojecteur
1 écran de 8×4,5 mètres au-dessus du dispositif scénique

// à partir de 8 ans // durée estimée 1h00 //

Production : Traversant 3

Coproductions : La Coloc’ de la culture – Cournon d’Auvergne (63), scène conventionnée d’intérêt national – art, enfance, jeunesse
Yzeurespace – Yzeure (03)

Partenaires de production : Train Théâtre à Portes-lès-Valence (26), Le Vellein, scènes de la CAPI à l’Isle d’Abeau (38), Maison des Arts du Léman à Thonon-les-Bains (74), Amphithéâtre de Pont de Claix (38), Théâtre Municipal Cornillon à Gerzat (63).
[En cours de production]

Avec le soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Mise en scène et création graphique : Clément Arnaud et Rodolphe Brun
Texte : Clément Arnaud
Composition musicale : Ulrich Becouze

Avec : Clément Arnaud, Rodolphe Brun et Ulrich Becouze

Création lumière : Ludovic Bouaud
Conception des décors et machines : Pierre Josserand

// Crédit image : Rodolphe Brun //

Saison 2019/2020
> Sortie de résidence tout public mercredi 18/12 à 15h00 à la Coloc’ de la culture à Cournon d’Auvergne (63)
> Route des 20 / rendez-vous d’artistes mardi 7 janvier à 17h30 à Etoile-sur-Rhône (26)

Saison 2020/2021
Création en octobre 2020 à la Coloc’ de la culture à Cournon d’Auvergne (63), scène conventionnée d’intérêt national – art, enfance, jeunesse
Tournée en cours de montage

Dossier de présentation Même les Lions
Autres documents à venir : le dossier pédagogique et la fiche technique du spectacle.